Tendinite du long tendon de biceps

Définition

Le long tendon de biceps s’insère au tubercule supérieur de la glène de l’omoplate à la partie supérieure du bras. Il est logé dans une gouttière ostéofibreuse à la face antérieure de l’humérus proximal et sa partie proximale tourne à 90° pour rejoindre la glène. Sa position particulière et son trajet est souvent la cause de lésions fréquentes, car la résultante de la force à une tendance de tirer le tendon en dedans. Ces lésions sont souvent liées à d’autres pathologies de l’épaule car la gaine fibreuse et étroitement liée au muscles de la coiffe des rotateurs. Une des lésions est une tendinite du long tendon de biceps qui manifeste comme une inflammation aiguë.
Il existe une partie intra et extra-articulaire de ce tendon.
Parfois le tendon de biceps peut s’abîmer progressivement et rompre. Suite à la rupture du long tendon du biceps, le long chef peut migrer vers le coude. Celle peut être gênant du point de vue cosmétique mais habituellement ne donne pas beaucoup de troubles fonctionnels ni de douleurs chroniques. C’est souvent la résolution spontanée des douleurs liées à la tendinite chronique.

Étiologie

Cette pathologie est liée à la position et la direction particulière de ce tendon. On pense qu’à la base de cette pathologie sont des microtraumatismes mais aussi parfois une instabilité du tendon. Comme réaction – les phénomènes inflammatoires commencent à s’installer et peuvent durer si les forces lésionnelles continuent à agir.

SYMPTÔMES

Une tendinite provoque une douleur chronique qui se situe à la face antérieure de l’épaule, le long du muscle biceps. Souvent elles sont un peu plus prononcées lorsque le bras est mobilisé en rotation externe et interne.

Diagnostic

La palpation du trajet de long tendon de biceps est douloureuse. Les tests cliniques (Palm up ou le test d’Yergason) peuvent déclencher des douleurs également. Le diagnostic peut être confirmé par l’échographie ou l’IRM. Parfois on voit un épanchement de la gaine, des signes de subluxation, de luxation ou de rupture du tendon.

Traitement

Le traitement peut être conservateur au début : le repos, la physiothérapie, des antalgiques, l’infiltration. Si le traitement médical n’est pas efficace, l’opération (une ténodèse ou une ténotomie) sous arthroscopie peut être proposée.
Le tendon est sectionné au niveau de l’articulation et fixé à la face antérieure de l’humérus. L’objectif est de détendre le tendon et de changer son trajet dans l’articulation d’une manière à ce qu’il n’y ait plus de contraintes excessives, cause de l’inflammation. Des douleurs au niveau musculaire peuvent persister encore pendant quelques semaines en post-opératoire mais habituellement s’améliorent progressivement.